• SOPHIE CASSAN AVOCAT
    DROIT DE LA FAMILLE ET DU PATRIMOINE

Compétences

Pour retrouver mes compétences, cliquez ici

Droit de la famille

Je gère votre dossier de façon pacifiée

1er RV

Liste des documents à fournir, cliquez ici

MON APPROCHE

Je favorise et négocie des accords pour vous permettre de :

- être acteur et créateur de la résolution de votre litige
- gérer le conflit conjugal de façon pacifiée
- protéger vos enfants, premières victimes des séparations conflictuelles
- trouver des ententes vraiment consensuelles et donc pérennes
- maintenir la communication familiale
- obtenir une solution juridique sur mesure
- supprimer l’aléa judiciaire


MES ENGAGEMENTS

Accompagnement et transparence - je conduis avec vous toutes les phases du dossier en vous soumettant des projets à chaque étape

Déontologie - en qualité d'avocat, je suis soumise
- au secret professionnel
- à la confidentialité des échanges entre avocats
- au respect de la réglementation relative aux conflits d’intérêt

Au fait de l’actualité juridique - participation régulière aux formations professionnelles, réunions de la Commission droit des personnes et du patrimoine du barreau de Lyon, congrès nationaux (Etats généraux du droit de la famille à Paris…), lecture de revues spécialisées.


MON PARCOURS

J'ai prêté serment en 1990, après avoir obtenu une maîtrise et un DEA de droit des affaires à l’Université Lyon III. En 1995, après 5 ans de collaboration, j'ai créé mon cabinet aux Gratte-ciel à Villeurbanne.

J'ai choisi de limiter mon domaine d’intervention au droit de la famille.

Je suis membre de la Commission droit des personnes et du patrimoine de l’Ordre des avocats de Lyon. Je suis formée à la technique du droit collaboratif, un des modes alternatifs de règlement des conflits familiaux.


Les unions sont plus fragiles et les contentieux familiaux augmentent.
La société évolue et les mentalités changent. Les attentes des justiciables également : refus de l’aléa, exigence de solutions sur mesure, de confiance, de coûts maîtrisés…

L’institution judiciaire s’adapte mal à cet environnement radicalement nouveau et s'avère, de fait, confrontées aux limites de ses réponses.
L'heure est à la déjudiciarisation, particulièrement en matière familiale.



La législation impose progressivement une culture de la gestion pacifiée des conflits conjugaux.
La Loi de modernisation de la Justice du XXIe siècle, entrée en vigueur le 1er janvier 2017, consacre un véritable droit à un règlement alternatif des différends et pèse sur le comportement des justiciables et professionnels du droit afin qu'ils ne recourent au juge qu'en cas d'échec d’un mode amiable.

Les modes alternatifs de règlement des conflits, comme la médiation, le droit collaboratif ou la procédure participative se développent et s'inscrivent dans un mouvement plus large qui vise à restituer aux citoyens leurs responsabilités et leur autonomie face à leurs séparations.



Accords vraiment consensuels
Meilleure viabilité des ententes
Maintien de la communication
Préservation des enfants
Satisfaction des justiciables

« La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents »


GANDHI